Origine du film

« Tout pour être heureux ? »
par Jérôme Adam,
producteur et auteur

A l’origine, une question : comment mieux protéger ma fille des stupéfiants et de l’alcool ?

Une question ou plus exactement une angoisse…

J’ai perdu mon frère en raison notamment des drogues. J’ai eu besoin de me rassurer. J’ai voulu comprendre comment mieux sensibiliser et protéger ma fille. Comment la rendre responsable sans pour autant chercher à lui faire peur ou la culpabiliser.

Les films qui abordent l’addiction aux drogues et à l’alcool font généralement la part belle aux consommateurs ou « anciens » addicts.

Mon histoire personnelle m’a conduit à voir les choses sous un angle différent.

Un film centré sur la famille

Pour sortir des sentiers battus, je suis allé à la rencontre des sœurs et frères des personnes dépendantes :

  • Des sœurs et des frères à qui l’on ne pose pas de questions, dont on n’écoute pas toujours la douleur.
  • Des fratries qui sont souvent très proches,, voire les confidents privilégiés, de la personne dépendante.
  • Des sœurs et des frères qui doivent gérer une histoire familiale et qui s’interrogent parfois pour leurs propres enfants.

Mais avant de réaliser mon angoisse et d’aller rencontrer ces fratries en 2019-2020, la route a été longue…

Quand la réalité dépasse la fiction

En janvier 2012, je me suis d’abord lancé dans la co-écriture d’une fiction long-métrage inspirée de mon histoire familiale : l’addiction de mon frère d’un côté et ma cécité de l’autre.

Après une version aboutie du scénario en 2014, j’obtenais comme principale objection : « L’histoire d’un toxico et d’un aveugle, ça fait trop. » Mêmes sons de cloche chez de « grands » éditeurs pour un projet de livre…

Comme me le dira plus tard un réalisateur : « La réalité dépasse parfois la fiction. »

Notre histoire familiale me semblaient pourtant offrir un parallèle intéressant : situation soi-disant « choisie » d’un côté et situation « subie » de l’autre. Une manière d’inviter à s’interroger sur ce qui se cache derrière l’addiction et de ne plus voir le « toxicomane » comme un délinquant.

Peu importe…

J’ai rebondi par mes propres moyens avec un format documentaire qui donne la parole à celles et ceux que l’on entend rarement : les sœurs et les frères.

Là encore un regard décalé pour changer enfin de perception sur l’addiction.

Et si c’était le bon moment pour cette approche ?

Articles récents

    Commentaires récents

    Aucun commentaire à afficher.
    Latest Posts
    New Movies & TV Shows
    Recent Comments
      Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

      Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

      By signing in, you agree to our terms and conditions and our privacy policy.

      New membership are not allowed.